Jacques Erwan (D.R.)

Jacques Erwan (D.R.)

 

 
Au terme d’études de Droit (Rennes et Paris) et de Sciences Politiques (I.E.P. Paris), il pratique le journalisme : Ouest-France, service politique de l’Agence France Presse (A.F.P.), Libération (1974-1976 ; pour éviter tout conflit d’intérêt avec l’A.F.P., il choisit alors un nom de plume : il sera désormais Jacques Erwan), L’Education
A partir du milieu des années 1970, il découvre les multiples expressions des cultures du monde, au fil des diverses éditions du Festival des Arts Traditionnels de Rennes (1974-1981) – auquel il collabore un temps – dirigé par Chérif Khaznadar, futur inventeur de la Maison des Cultures du Monde, à Paris.

Parallèlement, à la même époque, il est producteur et animateur, avec Marc Legras, d’une émission quotidienne sur les ondes de France Musique, et collabore avec Philippe Caloni à Quotidien Musique, sur la même chaîne, ainsi qu’à Antenne 2. En 1976, il est interdit d’antenne sur toutes les chaînes de Radio France, pour raisons politiques…

En 1980, riche de ces expériences il s’investit dans Paroles et Musique : pendant huit ans il y sera journaliste et membre du comité de rédaction.

Après l’avènement de la Gauche, en 1981, et la libéralisation des ondes, il participe à la naissance de 95,2, radio parisienne fondée par Robert Namias et Catherine Ribeiro. A partir de 1984, « absous » par Radio France, il poursuit son activité radiophonique à France Culture en consacrant diverses émissions à Marguerite Yourcenar, au rock chinois (Cui Jian) et russe, au Japon, au Maroc, à l’Irlande… Ultérieurement, il élabore plusieurs séries intitulées Les porteurs de tradition, d’autres sous le titre Le buveur de lune. En 2005, il quitte Radio France.

Sa connaissance des artistes français et étrangers, son intérêt pour les arts et les traditions populaires l’ont conduit à collaborer avec différentes structures culturelles : conseiller artistique du Théâtre le Palace (1976-1977, où il programme des concerts de musiques de Louisiane, d’Algérie, du Québec…) puis, pendant de longues années, du Printemps de Bourges (1977 – 1992). Depuis 1985, il est conseiller artistique au Théâtre de la Ville de Paris. De 1992 à 1997, il exerce la même fonction à la Filature, scène nationale de Mulhouse où il organise nombre de concerts et de manifestations diverses, telles les journées de l’accordéon, la nuit d’Asie, la semaine du Japon ou le mois du Ramadan… En 2002, il est responsable de la programmation musicale du Festival International des Théâtres Francophones en Limousin, où il convie le Trio Chemirani (Iran), Narandra Bataju (Népal), Moïses et José Kafala (Angola), La Tipica (Argentine)… De 2003 à 2009, il est conseiller musiques à la Comédie de Reims, auprès d’Emmanuel Demarcy-Mota, metteur en scène et directeur, futur directeur du Théâtre de la Ville-Théâtre des Abbesses et du Festival d’Automne, à Paris. Il y explore les traditions musicales du monde et crée un salon de musique, dans le cadre duquel les artistes de diverses nationalités jouent sans aucune amplification devant un public subjugué.

Par ailleurs, de 1994 à 1998, il réalise une série d’enregistrements musicaux, parus chez Auvidis (qui, plus tard, fusionnera au sein de naïve). Accompagné d’un ingénieur du son, Xavier Yerlès, il parcourt le monde (Açores, Bali, Chili, Ecosse, Finlande, Irlande, Madagascar, Maroc, Mexique, Portugal, Québec…) en quête de musiques traditionnelles et des sonorités du quotidien. De 1998 à 2006, ensuite, il exerce à nouveau, au sein de la collection Echos (Buda Musique) qu’il dirige, cette forme de journalisme musical. En tout, vingt-huit de ces disques ont été édités.

En 2003, il est responsable, pour le Théâtre de la Ville de Paris, de la collection de disques de musiques traditionnelles publiée conjointement par le Théâtre de la Ville et naïve.

En novembre 2011, il crée, avec la complicité de Gilles Fruchaux (Buda Musique), la collection Boréales, consacrée aux musiques traditionnelles du nord de l’Europe. En 2014, elle recèle trois disques (Norvège, Suède, Lettonie).

Depuis plusieurs années, il s’intéresse à la culture et aux traditions musicales de l’Asie : Bali, Birmanie, Chine, Japon, Laos, Vietnam… pays où il voyage.

Enfin, il a publié, aux Editions Jean-Claude Lattès, une série de trois livres, en collaboration avec Marc Legras, consacrés à Alan Stivell et la Bretagne, Lluis Llach et la Catalogne et Roger Siffer et l’Alsace, et, seul, une courte biographie du chanteur Renaud aux Editions Seghers-Laffont, ainsi que « Les manuscrits de Renaud » chez Textuel. Il prépare un livre relatif au comédien, poète et chanteur russe Vladimir Vissotski.

Ainsi, depuis son plus jeune âge, Jacques Erwan voyage « en solitaire » ou bien accompagné d’un ami, d’un photographe ou d’un ingénieur du son : émissions de radio, disques, écrits (Récits de voyage et Paroles et Musique) et bien d’autres choses encore en témoignent.

Et ce n’est pas fini !