Bejart, un regard

Le projet d’inviter Maurice Béjart au Printemps de Bourges me conduisit à le rencontrer au Palais des Congrès de Paris, le 1 mars 1988, avant une représentation du Tokyo Ballet. Il se réjouissait de l’opportunité de présenter son art à un public jeune. Malheureusement, un vulgaire problème de compatibilité de dates contraria ce projet.

Au fil de notre conversation, je m’inquiétais de l’heure. Maurice Béjart demeurait impassible, son regard profond et acéré rivé sur son interlocuteur : je n’ai jamais oublié le bleu intense de ces yeux, ce regard !

Jacques ERWAN
COPYRIGHT JACQUES ERWAN