Kimmo Pohjonen

Lundi 29 octobre 2001 20h30
KIMMO POHJONEN
accordéon solo
Finlande

Les habitants « les plus branchés de la planète »
La Finlande, c’est un paysage. Des lacs et des forêts. La neige. Et puis la mer. Une nature souveraine et vénérée. L’imaginaire y puise sans doute sa puissance créatrice. En ce pays, des hommes ont migré ; ils ont édifié des cités. L’Histoire souvent l’a bousculé et meurtri. Puis, en quelques décennies, ce peuple s’est inventé un destin.
Aujourd’hui, ce « grenier à papier » de l’Europe est à la pointe de l’innovation technologique et les cinq millions de Finlandais sont les habitants « les plus branchés de la planète ». D’autant qu’« apprendre à apprendre » semble, pour eux, un devoir citoyen, et qu’ils pratiquent comme un art l’éducation des enfants. Petite nation nichée à l’extrême nord de l’Europe, la Finlande est terre de culture. Elle peut s’enorgueillir d’une peinture, d’une littérature, d’une poésie originales, d’architectes et de cinéastes inventifs. Une créativité que ne laisse guère présager l’image convenue que l’étranger perçoit de ce pays.
La littérature, prolifique et originale, ainsi que la musique, à l’école ou en famille, sont des ferments de l’identité nationale. L’âme du pays. L’une et l’autre suscitent la ferveur : chaque Finlandais est un lecteur avide et un amateur de musique.
Riche et variée, la musique populaire finlandaise demeure encore relativement méconnue en France. Contrairement à la musique contemporaine et aux interprètes, illustres, de la musique classique et lyrique. Née au confluent de deux aires culturelles, la musique traditionnelle a intégré, au fil des siècles, diverses influences. Emblématique, l’instrument national est une cithare, l’antique kantele.

L’accordéon gagne le cœur des Finlandais
Au xviiie siècle ainsi qu’au siècle suivant, le violon domine à l’ouest et au sud de la Finlande. Il est l’instrument traditionnel des mariages, bonheur des ménétriers. À partir de la fin du xixe siècle, parfois, un harmonium s’y invite également. Présent, aujourd’hui, dans nombre de salles de classe, il participe à l’éducation musicale des jeunes Finlandais.
Apparu au cours de la seconde moitié du xixe siècle en Carélie, à l’est du pays, l’accordéon à une rangée de boutons essaime dans toute la Finlande. Il gagne le cœur des Finlandais et partage le répertoire du violon que, de plus en plus souvent, il accompagne…
Au début du xxe siècle, l’accordéon à deux rangées de boutons devient « un instrument virtuose original ». En particulier en Ostrobotnie du Sud. À partir des années trente, il est souvent remplacé par l’accordéon à cinq rangées de boutons.

Kimmo Pohjonen : détruire les préjugés accrochés à l’accordéon
Au fil du temps, la musique traditionnelle évolue et se métamorphose. C’est une force de vie. Elle récuse le conservatisme. En Finlande, elle inspire aujourd’hui nombre de jeunes musiciens. Ils parcourent le monde et font découvrir la culture vivante de leur pays. Kimmo Pohjonen est de ceux-là.
Jeune Finlandais. Virtuose de l’accordéon chromatique (cinq rangées de boutons). Initié par son père à l’âge de dix ans. Formé à l’Académie Sibelius, conservatoire d’Helsinki, section musique traditionnelle et classique. Étudie aussi en Argentine et en… Tanzanie ! Accompagne une bonne dizaine de groupes traditionnels ou pop-rock. Boulimique, génial et apprécié, participe, en six ans, à l’enregistrement de… soixante-cinq albums ! Trente recèlent compositions et arrangements de son cru !
Révélé au grand public en 1996. À plusieurs reprises « musicien traditionnel de l’année » en Finlande, dépasse cette tradition nourricière. Armé de ses acquis, s’ingénie à détruire les préjugés accrochés à l’accordéon. S’évade de la tradition ; s’écarte des modèles ; s’échappe en quête d’horizons nouveaux. Compose et joue autrement. Se familiarise avec l’utilisation de micros et d’effets. Invente une myriade de sons neufs. Propose un spectacle jamais vu–jamais entendu : à couper le souffle. Compositions originales pour accordéon, son en quadriphonie, jeux de lumières étourdissants ! Théâtralisation de la musique.

Musique d’avant-garde, contemporaine, nouvelle, actuelle ?
Pulvérise notions de genre et de style. Assimile et intègre tradition, classique, jazz, rock, sons de la nature… en un tourbillon. Virtuosité et volume sonore. S’accorde toute liberté. Sa bouche aussi est instrument. Elle mugit, rugit, gronde… L’accordéon est percussion ou pierre qui roule… Improvisateur délirant, déchaîne ouragan musical. L’accordéon n’est plus accordéon, c’est une enclume, la forge de gerbes de sons incandescents. Musique explosive, sauvage, novatrice, inouïe. Échappe à l’homme et à l’instrument. Récuse les catégories recensées. Cette musique est d’avant-garde, contemporaine, nouvelle, actuelle ? À la fois ou au choix. D’hier, d’aujourd’hui et de demain. Fruit d’une imagination féconde et débridée, elle est à nulle autre pareille.
Développe un style de jeu très physique. Pugilat. Le spectacle est un combat. « Se bat avec son accordéon comme si c’était un alligator ! » Performance. Kimmo Pohjonen est le « Laurie Anderson de l’accordéon », dit-on. Un souffleur de notes. L’inventeur d’une tradition nouvelle.
1998, concert festival musique contemporaine à Vienne (Autriche) : complet ; quatre rappels !
1999, premier album solo.
Et Brésil, Canada, États-Unis, Russie, Autriche, France, Belgique, Irlande, Espagne, Suède, Afrique du Sud, Thaïlande, Tchéquie, Angleterre, Israël… Paris, enfin ! Quel souffle !
Jacques Erwan

CD à paraître le 28 sept. 2001
Kielo, WV479007, label World Village, Harmonia Mundi